Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenaüs De Baste

Alors je ne suis pas en France mais chez moi à Estavayer-Le-Lac en Suisse. J’ai été malade, je le suis encore. Je travaille à préparer le site en allemand pour la prépa Koronin. Dans cette prépa j’étais bien. Ça a été mon cocon. Aux beaux-arts de Paris j’ai été mal. Je n’y suis restée que quelques mois. Où étaient les profs ? Pourquoi les nanas françaises n’aiment pas les riches mais se parent de contrefaçons de produits de luxe ?

Je reviendrais sur ce point plus tard.

J’ai aimé la ville de Paris comme on déambule dans les rues en comptant les étoiles qui s’éteignent dans le ciel après qu'on a fait l’amour toute la nuit. J’ai respiré Paris. J’ai souhaité que mon monde s’y agrandisse. J’ai voulu ne pas y trouver les « je sais tout ! » mais rencontrer ceux qui aiment prétendre qu’au sommet de Montmartre on est plus proches des galaxies.

Mais cela s’est réduit à trop de gens qui pensent que mon pays est fait d’Appenzellois consanguins, de Bernois propres mais pataud, de Grisons à la solde de l'Autriche, de banquiers, de vaches, de douaniers et de votations racistes contre toute personne n’ayant pas les aisances d’être Suisse.

J’ai trouvé une France qui dit oui qui dit non, qui dit oui qui dit non. Où non peut vouloir dire oui et oui peut vouloir dire non ! Une France qui assume mal son passé (j'en veux pour preuve mes recherches sur la famille d'Isabelle auprès du sculpteur Bartholdi). Une France hésitante, malade de son administration lourde et politisée, où les idées se confrontent sans rechercher souvent le consensus qui engendre toute évolution positive. J’ai vécu cinq ans dans un Paris où les fronts des idées sont tranchés et où les arguments sont dogmatiques. J’ai croisé trop de gens qui se disent républicains mais se refusent à prendre connaissance de faits irréfutables, jusqu'à sombrer dans le déni de réalité pour s'en remettre aux clichés colportés par des gens de la même opinion que la leur propre.

Mon Isabelle et mon Philippe (ma famille de cœur de Koronin) m’aident à bâtir mon école. Lausanne, Berne, Zürich… je ne sais pas encore. S’ils pouvaient quitter leur France pour venir avec moi…

Artémis

Artémis De Baste fait sa leçon !

Commenter cet article

koronin 28/11/2013 18:36

Bonsoir, Artémis.

Je préférerais ne pas devoir lire que tu te sens toujours malade.

J’ai souvenance de ton désappointement devant les contradictions « bien de chez nous ». Nous réfutons l’antisémitisme, le racisme, mais notre système d’enseignement national valorise Céline & Montesquieu. Notre catholicisme porte l’argent comme grain de sable dans les rouages de nos vies mais nous en avons besoin pour vivre.

Quand tu nous fais visiter ton beau pays, n’ai-je pas aussi entendu les genevois durement parler des vaudois ? & les bernois s’exprimer bien en mal des zougois ? Le stéréotype débute dans la manière dont deux voisins se dénigrent, permettant à chacun de se définir, de se catégoriser de manière simple voire simpliste. Je suis aussi d’accord avec toi qu’il est très français d’être insatisfait, de dénigrer celle ou celui qui ne nous plait pas, ou dérange nos habitudes.

La réactualisation du racisme social démontre combien l’intolérance vient de la colère entre deux mondes craignant d’abord que l’un & l’autre aient mutuellement raison dans leur façon de vouloir vivre.

Philippe

koronin 04/12/2013 21:50

Arty, nous discutons ici en public. J’espère que tu en es consciente & que tu ne me répondras pas ton habituel « fichtre non ! » des idiomes de ta langue.
Comme je te l’ai dit, des quidams – quelques soient leurs nations, leurs rangs sociaux – ont décidé d’adopter une attitude hostile envers tout ce qui ne leur plait pas d’emblée. Il est rare de parvenir à les faire changer d’avis. Aussi, ne t’épuises pas à tenter le faire ; fermons le discours, d’autres que nous en discourraient mieux par l’éthique, la sociologie ou l’histoire (même si la maturité intellectuelle d’un peuple n’est guère une question d’âge). Je te dirai seulement ceci : si tu ne cesses de gratter, ça ne cicatrisera jamais.

Je ne sais pas si les choses sont simples avec nous, je dirais avec humour qu’elles le sont rarement avec toi ! & pour Nikolaus, rappelle-lui qu’il doit juger sa possible future femme sur les mérites de celle-ci , & que si une simple femme (fut-elle baronne) peut triompher d’une culture comme la sienne, c’est que ce petit bout de baronne est une dure à cuire qui force le respect ! Il devrait en être particulièrement fier. Après, s’il perdure à penser autrement, qu’il cesse de côtoyer les gens comme nous qui pensons nous qui pensons que la valeur d’une personne ne vient pas de la couleur du sang qui coule dans ses veines mais de son ouverture d’esprit.

Philippe

Frau Baronin Artémis Irenaüs De Baste 02/12/2013 16:32

C’est gentil de m’avoir téléphoné. Pour le demandé. Alors je te fais ma réponse :
Je suis d’accord mais tu ne réponds pas à ma dernière phrase. En France j’ai connu une administration qui croit que la seule bonne façon de penser c’est la sienne. A Paris personne n’embrasse les yeux fermés. On t’embrasse en te reluquant sur toutes les coutures pour savoir si tu vas bouger, si tu représentes un danger potentiel ou pour te critiquer. C’est comme deux religions qui se confrontent dont une ne veut rien concéder à l’autre parce qu’elle veut préserver son héritage. En France ma baronnie est une tache qu’on me reproche. Il fallait que je la cache surtout aux beaux-art s parce que la pensée française est enfant d'une révolution presque vieille de 300 ans. Mais tu as raison de dire que certains Suisses ne valent pas mieux. Et du beau monde en plus !! Nikolaus me dit souvent que tu as une mauvaise influence sur moi. Tu m’as appris à voir le soleil carré, à entendre le silence. Tu as fait de moi une artiste graphiste. Ce n’est pas la condition d’une baronne à épouser pour Nikolaus. Ma mère le pense aussi. Une mère devrait être fière quand sa progéniture réussie. La mienne ne prend pas cette chance. Les gens qui me font souffrir attendent toujours que je comprenne leurs raisons : je suis noble, baronne, et les gens veulent me faire passer leurs frustrations dessus et ils attendent que j’accepte. Mais tu m'as appris à leur dire NON!!!!! Isabelle et toi m’avez toujours dit que ma venue et notre amitié est une richesse pour vous autre que matérielle ou sanguine. Avec Isabelle et toi nous raisonnons. Avec vous tout est simple.

Votre Artémis

koronin 02/12/2013 16:03

Les choses ne se font pas toujours comme nous souhaiterions qu’elles se déroulent, Arty. Nous sommes hélas dans une société dans laquelle nous espérons tout maîtriser – nos études, l’évolution de notre carrière, notre santé, la vision qu’autrui à de nous, etc. Toute ta vie tu auras affaire avec des gens qui exigeront ta tolérance à leur égard, sans toutefois t’accorder la leur ; tu rencontreras des gens qui remettent tout en cause sans pourtant apporter la moindre solution. Toute ta vie le racisme social te vaudra des procès d’intentions car tu croiseras des quidams pour lesquels tu es coupable par naissance d’être noble & qui tenteront alors de t’accuser d’incertaines fautes commises par tes ancêtres dans un incertain passé. Ces expressions de citoyens, issues de préjugés, ouvrent la stigmatisation formelle d'individus ou de groupes souvent étrangers vivant dans une société dont les caractéristiques différentes, à pensées différentes, donnent lieu à des jalousies, des craintes, des incompréhensions. Dois-tu pourtant haïr la France ? Dois-je haïr la Suisse en retour ?

Je suis touché par la fin de ton article. Isabelle & moi sommes honorés, Arty. Pourtant, afin d’améliorer ton quotidien, il te faut t’interroger pourquoi ton attachement à la prépa art est-il si important. Cet attachement n’est-il pas en train de segmenter ta vie ? A savoir si l’absence de brisure entre nous ne risque t’elle pas d’envahir cette vie qui est la tienne ? Si « l’Autre » est indissociable de nous par l’expérience, qu’il nous renforce parfois & nous aide à nous structurer, n’existe-t-il pas un moment venu où il risque de nous détruire ? Il convient de te demander si ta déception de la France en général (dont l’ensba) mais ton attachement à la prépa Koronin, à Isabelle & à moi, ne devient pas un détour qui empêche quelque part ton insertion dans un univers social notamment à travers la normalisation et la différenciation sociale.

Philippe (Merci d’avoir republié ce commentaire, la faute de frappe en moins !)

Frau Baronin Artémis Irenaüs De Baste 29/11/2013 22:14

Ton analyse est originale. Comme d’habitude je l'apprécie tu le sais. Mais à Paris je n'ai pas pu dire macht die Augen zu und küss mich.