Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenäus de (von) Baste

Petite histoire d'Artémis Irenäus : Les Trois Noëls!!

Chur la veille de Noël. Noël à Estavayer ; Noël à Pontault-Combault.

Je vous raconte trois Noëls différents vous voulez.

Chur :
J’y étais revenue pour les vacances de cette année prépa. La neige s’accumulait centimètre après centimètre sur la plus vieille ville de Suisse. Le dire n’est pas une image banale! J’avais siestée l’après-midi dans l’office pendant que notre Frau Fankhauser préparait le souper avec le moins de bruit possible. Je m’éjectais des chaussons qu’elle m’avait mis aux pieds. Je sortais promener mon père. J’aimais passer devant la villa Planta restaurée et prendre la Poststrasse pour m’arrêter devant Martinskirche ensuite. Les gens s’y promenaient sans feindre de remarquer les belles tenues et les bonnets amusants. Le vin chaud ou un blanc limé réunissaient tout un monde comme sorti d’un œuf épluché et qui se souriait avec le verbe haut. Les confiseurs appâtaient les gourmands avec les bonbons Halter aux herbes. Un achat à suspense!! Il était possible de tomber sur un emballage marqué «gratuit» au fond. Il donnait le droit de revenir après en chercher un autre!!!

Estavayer :
Mon premier Noël de staviacoise. Mon père m’avait acheté l’appartement parce qu’il voulait m’éloigner de son divorce d'avec ma mère. Sans me couper de mes ascendances françaises. L’eau du lac de Neuenberg apporte une douceur au climat. Mais de l’humidité aussi. Beaucoup. Nous marchions le long du chemin de la Grande Gouille. La ligne du brouillard rencontrait celle du rivage et donnait une couleur argentée à l’eau. Ce 25 décembre était inoccupé par les promeneurs à part quelques cygnes et canards dont la fréquence sonore augmentait quand ils s’approchaient de nous et diminuait quand ils partaient vexés que rien ne sorte de nos poches pour eux. J’avais eu l’habitude de venir ici rouler le bas de mes pantalons ou de mes robes d’été et patauger dans l’eau limoneuse quand j’étais élève au Sacré-Cœur et sentir les vibrations du monde lacustre que je ramassais entre mes orteils alors.
Mais pas ce matin. J’avais ouvert un écrin au pied du sapin. Un cadeau expédié par ma mère. Il contenait un chèque enroulé d’un billet court qui ne me demandait pas comment j’allais ou si elle voulait me revoir. Elle écrivait : «Achète-toi le bijou que tu veux ranger dans cet écrin. Je n’ai pas le temps de choisir pour toi.» La signature rompait seule avec ce ton détaché : «Ta mère».
J’ai gardé l’écrin. Le chèque et le billet. Ils sont comme une lettre ; une preuve rare que j’existe pour ma mère encore.

Pontault-Combault :
Je viens de passer quatre jours chez Philippe et Isabelle. Philippe peignait mercredi matin. Nous posions pour lui. Le souper du réveillon ? Alors coquilles Saint-Jacques, rôti de porc orloff du boucher traditionnel et légumes saisis de viande grisonne, puis le plateau des fromages et la bûche aux marrons glacés. Nous dansions sur les airs de l’orchestre symphonique de John Wilson, Marie s’était faite belle…. Je terminais ma nuit en marmotte….
Le menu du jeudi : chèvres chauds toastés et salades, chapon de Bresse au lait crémeux sur compote de pommes chaude et châtaignes poêlées, délices de Marzipan divers…. Puis nous descendions aux Champs Elysées en début de soirée. Je reprenais l’avion vendredi en début d’après midi. Marc Vadé m’apportait une boîte de friandises en soirée ; je l’embrasse très fort.

Montrez-moi une personne qui vous rend la fierté d’être qui vous êtes. Je vous démontrerai comment le plus beau cadeau de Noël qu’elle vous offre est de vous faire sourire comme le cheval de pain d’épices.

Artémis Irenäus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article