Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenäus de (von) Baste

Petite histoire d'Artémis Irenäus : Tanière!!

Je suis assise sur mon tapis.
La nuit est tombée sur Estavayer. Il fait trois degrés, nuageux. Des averses de neige sont prévues demain. J’ai fermée la porte de ma boutique. J’ai remontée ma rue, je suis allée respirer place Saint Claude. J’exécute quelques minutes de marche consciente. Je m’assoie sur l’un des bancs, je regarde le lac à la nuit tombante. Chenaux s’éclaire doucement. Il fait froid. Vraie cramine!!!!

Je retourne vers ma ruelle à l’opposé ensuite. Et je gravis l’escalier qui mène à mon appartement. Mon chez moi. Je peux m’asseoir en tailleur avec mes pieds nus sur mon tapis de laine. Qui me sert d'exutoire à mes frustrations parfois. Renate me demande d’arrêter de le détricoter quand je suis énervée!!! Et le petit robot nettoyeur vient me heurter de temps à autre. Rummmms!

Je suis assise sur mon tapis.
Renate cuisine pour notre souper sa tête au dessus du plat qu’elle sait me donner faim. Elle sait qui je suis : une dessinatrice qui peint des corps mais qui a du mal à ranger ses vêtements. Mon appartement est ma tanière. Miettes de vie dans les coins, bibliothèque dressée jusqu’au plafond où des livres s’entassent jusqu’à déborder et l’angle de ma commode est bordé des violons particuliers de mon père. Ma commode demi-lune renferme ce trousseau dont je ne me sers pas, mon bahut à doucine des carnets à croquis que je ne montre pas et ma poudreuse renferme ces bijoux offerts par des « prétendants » que je ne porterai pas.

Je suis assise sur mon tapis.
Je retrouve mon âme. Nous nous manquions. Je suis seule pour la nuit quand Renate s’en va. Je mets un Cd de musique. Classique (opéra) ou Jazz. Duke Ellington…. J’allume mes lampes de chevet. Et je demeure là. La lumière me caresse ; va-t-elle m’écouter ou me refuser? J’ai tant de choses à raconter. La lumière porte sur mon Bonheur du jour dans la chambre au dessus.

Je monte l’escalier vers ma chambre de bois. Renate m’a coiffée pour la nuit et je repense à Paris avec ses Champs Elysées quand les français n’acceptaient plus les femmes habillées. Sont-ce les orages que ma vie parisienne a laissés?? Ou l’absence de mon innocence de m’être parée de l’ombre de mon ascendance?
Je suis dans ma chambre. J’attends l’appel de mes anges gardiens pour céder ma lumière aux ourlets de la nuit. Je partirai après dans mes rêves ornés de broderies….

Artémis Irenäus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article