Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenäus de (von) Baste

L’année prépa se terminait. J’entrais à l’école nationale supérieure desbeaux-arts de Paris avec un sentiment de joie. Mais de perte aussi. Je vous l’expliquerai plus tard. Je ne savais pas pourquoi à ce moment encore.

Mes amies et moi campions au bord de la de la réserve naturelle Thurauen près de Rüdlingen et Flaach. Trois copines de deux pensionnats différents.

Je finissais un cocktail à l’enveloppe en forme d’ananas autour où la pulpe était supposée ne pas avoir été enlevée. Nous avions gonflés nos matelas de plage et des hommes jeunes nous tournaient autour pires que des mouches attirées par la promesse d’un met sucré.

L’un d’entre eux se penchait par dessus moi comme s’il avait eu besoin d’aide. Il voulait me faire de l'ombre car il m'avait entendu dire que je manquais de crème solaire.

Je lui renversais mon fond de cocktail sur les chaussures. Je ne savais comment réagiraient ses Reebok au jus de fruit distillé à teneur haute en octane. Je me demandais s’il existait un fétichisme de la chaussure de golf chez les garçons. Parce que je pourrais avoir des ennuis alors. Mais il valait mieux que j’en ai maintenant plutôt qu’une fois que ce monsieur essaierait de confondre ma tente avec la sienne!!

Je me levais et me posais sur la nappe claire intense du fleuve.

Je me souviens du contact de cette eau pareil aux rets d’un courant électrique de fréquence très basse. Ma tête versée sur mon épaule je devenais les reflets froids du soleil sur les vaguelettes au dessus des petits cailloux. Je pliais mes bras au rythme de ce ressac et pressait un manteau de vent doux sur mon corps. Mes pieds dans cette eau devenaient la jonction entre le monde réel et ma transcendance. Il en émanait quelque chose qui n’est pas de l’ordre de l’échange. Mais de la complicité. Avec un investissement délicieux, psychique et intime. Je n’étais pas dans la représentation d’un état d’âme. Ou d’une envie de séduire. J’étais la poussière. Les graviers caressés par les vaguelettes. Les reflets dessus. Je pouvais devenir celui de la lune radieuse de soleil.

Le garçon est venu vers moi. «Vous m’abandonnez derrière vous comme vous le faites avec les sources de contrariétés».

Il m’invitait à souper au restaurant du camping. Le serveur nettoyait deux de ses verres les plus beaux avec une lenteur latine en nous souriant aimablement. Servirait-il le champagne pour le dessert ? Les soirées sont fraîches en début d’été en Suisse. Même en plaine. Le garçon me posait ma doudoune sur mes épaules. Je poussais un cri! Il devait être strident et fait de voyelles prononcées car la salle entière posa les fourchettes!!

Je m’enfuyais.

Le garçon restait là sous les regards interloqués.

Je ne l’ai pas revu. Il n’a pas su qu’il ne faut pas presser ses mains sur les épaules d’une fille qui a pris un coup de soleil tel que celui que j'avais reçu en jouant à la lune ensoleillée tout l’après midi.

Artémis Irenäus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article