Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenäus de (von) Baste

Petite histoire d'Artémis Irenäus : Morphologie et musique!!

Revenons à mon entrée aux beaux-arts.

Je vous parlais de cette musique que j’entends dans ma tête tout le temps. Je n’y faisais pas attention d’abord. Je l’entendais depuis des années. De la première à la dernière note. Je ne pouvais jamais l’arrêter, rappelez-vous. Elle commençait à devenir plus forte quand j’entrais aux beaux-arts de Paris après ma prépa.

Nous avons besoin de la musique. Et elle a besoin de nous. Je ne cherchais pas à la domestiquer ; je ne l’avais pas créée (je ne suis pas fan d’anthropomorphisme!!). Elle venait du néant. Et devenait une partie de mon bruit de fond permanent comme je la prenais pour compagne. Ce n’est pas un sophisme. La musique me hantait partout!! Elle couvrait tous les sons autres quand je passais mon thé ou que je prenais mes cours de morphologie pratique.

Le cours de morphologie en travaux pratiques :

Le professeur (Comar) discutait avec un japonais qui allait devenir professeur ensuite. Ils m’appelaient au tableau pour la première fois. Un tableau noir plus grand que moi. J’avais ma craie à la main et le modèle vivant sur mon côté. Monter sur l’estrade dessiner devant tout l’amphithéâtre était pareil à me dévêtir. Les étudiants des années supérieures m’observaient : «Une première année!! Pensez donc!!!» Une forme de chaos m’envahissait.

Je rejetais l’univers de l’amphithéâtre derrière moi. Je pénétrais celui du tableau noir. La craie donnait un son particulier sur le bois. Je voyais les traits du corps du modèle vivant à dessiner. Je me remplissais de l’histoire que sa pose musclée me narrait. Comment elle communiquait avec la musique dans ma tête. Je m’abandonnais à elles. Mon bassin se mouvait sous l’élan des traits. La craie s’appuyait d’elle même et produisait des sons nouveaux quand mes bras passaient devant mon visage.

Le professeur japonais me cria : « Nunda!!!». L’équivalent de : «Qu’est ce qu’elle fout celle là ?». Il ajouta en anglais : «You're not in dancing school!!!»

Je lui répondis : «Je respecte les contraintes du cours monsieur. Je manie ma craie comme je veux alors!»

Le professeur de morphologie pris ma tête dans ses mains : «Tu t’imprègnes de l’histoire que te propose le modèle au lieu de te borner à la réciter. Je suis chorégraphe, je t'approuve. Mais cela fait de toi la folie au milieu d’autres gens qui cherchent la norme».

Cette musique… J’en parlais peu à l’époque. Car les personnes qui m’écoutaient pensaient que je devenais un élément à risque pour elles. Beaucoup d’elles parlaient de moi…. mais peu parlaient avec moi. Je danse jusqu’à n’en plus pouvoir alors.

Les sensations physiques de mes muscles quand mon corps dessine et psychique quand ma tête devient jour de neige me donnent envie de continuer encore et encore. Je deviendrai gouttes d’eau au printemps et vapeur en été. J’attendrai l’automne pour me saisir de froid et me saupoudrer sans bruit. Vous ne m’entendrez pas refaire ma naissance. Ma musique entretiendra mon corps car elle fait son dévoilement et son déplacement. Elle a partie liée avec mon inconscient.

C’est la modalité de la folie.

C’est irréversible.

Artémis Irenäus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article