Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artemis Irenäus Von Baste

« Tu veux les beaux-arts à Paris. Il faut passer par une classe préparatoire. D’accord Artémis Irenäus. Mais ta mère veut t’inscrire en droit international. Tu reviendras suivre ces études si tu rates ton concours d’entrée!». Pas de paroles vaines avec mon père. Il m’avait emmenée à l’aéroport vous vous souvenez. Voir son père prendre la colère contre vous pour ne pas pleurer de vous savoir partir détermine votre vie.

Nous patinions dessus le Grünsee (Unterer Grünsee) gelé quand je lui annonçais quitter les beaux-arts deux ans plus tard. J’attendais sa réaction. Mon père ne parlait pas. Il était informé que ma vie parisienne était faite de coups portés qui ne tiraient pas que des cris d’angoisse et des écris de déceptions aux cœurs des autres. La minute d’émotion passait. Une minute qui compte dans la vie d’une fille vous savez. Ma destinée basculait.
Mon père Il m’envoyait me sécher mes cheveux trempés de neige avec une poignée de paillis récoltée devant les sapins. Puis il prenait mes mains. Pour m’emmener danser en patinant sur la glace de l’étang en fredonnant l’Andante du concerto pour piano n°21. De Wolfgana Amadeus Mozart. Nous dansions.
Je vous écrivais qu’il se doutait de cette musique dans ma tête. Celle-là qui ne s’arrête jamais. Et me tue lentement.
-«tu conduis le tempo maintenant ma fille. Au son de celui que tu as dans ta tête.»…. Il ajouta alors devant une friture de goujons à la gasthaus sous la lueur des lampes chaudes accrochées aux poutres vermoulues:
«Tu veux retourner à Paris comme un paysan sème le blé à la volée puis revient de jour en jour contempler le travail accompli pour s’en remplir les yeux; comme s’il voyait la nature des choses pour la fois première. Et s’en imprègne….»…. «La création de ta vide de femme doit suivre son cour naturel. Tu es le fruit de générations d’artisans grisons qui ne transgressent jamais la loi de la cause à effet Artemis Irenäus» (mon nom ne porte pas de «é» en allemand). «La fourche du diable emportait une partie de toi dans les enfers lors de ta conception. Mais tu as le cœur d’une artiste qui s’insurge et règle ses conflits intérieurs dans l’espoir que le monde s’aperçoive que parmi les victimes du jour elle compte la femme qu’elle était hier.»
Une page de mon existence se tournait. Une autre s’ouvrait. Mon père ne m’imposerait pas de rencontrer un homme de ma condition comme cela se fait encore. Il disait non aux entraves séculaires. Je n’avais pas de diplôme. Il démontrait une intuition forte de son rôle sur cette terre. Une attitude qui dépassait celle d’un artisan fut-il le père de cette patineuse qui dansait à s’en saouler sur le lac. Une musique folle dans sa tête, entourée du silence de la nuit venue. Il me laissait faire sous les étoiles devant le diable guogenard…. Une danse fabuleuse réglée par un maître de ballet hors norme sous ma chevelure.
Et qui me tuera très bientôt.
Je dois me dépêcher d’écrire!

Artémis Irenäus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article