Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Charlotte Mercier

Vision d’une Artiste

Esthétique-Rupture et Réception

Le club de la prépa art accompagnait les élèves de Koronin en prépa Beaux-Arts,  invité par Canal académie à une conférence  en lieu de la Sorbonne sur le thème :  Esthétique-Rupture et Réception.

 Nous avons écouté avec émotion Mme Esther Ferrer Artiste plasticienne. Elle nous a parlé avec passion de son parcours artistique. Esther Ferrer a dépeint son mouvement artistique « le happening » appelé « Concert ».  C’était l’époque du franquisme, la censure était partout, le mot concert était un moyen  détourner pour se jouer des censeurs. Dans ces conditions l’ambiance était pesante. Esther Ferrer rejoignait un groupe artistique ayant pour scène la rue. En un sens nous pouvons parler de rupture entre l’art d’état et les « Concert ». Aussi la fracture est parfois au rendez-vous avec le récepteur, le public. Mais les artistes s’appuyant sur leurs réflexions, sur la mise en scène de leur démarche pouvaient jouer avec le public. 

 Elle nous raconte une anecdote : « Un artiste posait sa main sur mon sein droit, un homme de petite taille, fanfaron, intervint dans la scène, mît sa main sur mon sein gauche. Mais au bout d’un moment sa main trembla, il se trouva fort mal à l’aise et tout le monde riait. Qui est pris qui croyait prendre, un projet artistique n’est pas si simple qu’il semble être.

 

Les artistes venaient à la rue et la rue venait à eux, de rupture nous passons à symbiose avec le public, parce qu’il avait, à cause du contexte social, privation de liberté sous le régime de Franco, un grand besoin de s’exprimer de sentir une bouffée de fraîcheur. C’est ainsi qu’en pleine dictature Esther Ferrer arriva à faire crier « VIVA LIBERTA !» au public venu se masser autour d’eux. L’humeur de la vie sociale était en adéquation avec les idées d’Esther Ferrer et en total dissidence par rapport au régime.

 

S’il y a dans les mouvements artistiques de nouveaux codes plastiques par exemple les différences entre le Baroque et le classicisme, le Réalisme et le degré zéro de la peinture ou encore de la statue sur son piédestal à l’utilisation de l’objet dans l’espace et la circulation du public, enfin à de nouveau champs d’expérimentations où les arts et la science s’interpénètrent l’artiste ne se sent nullement en rupture avec la société à partir du moment où il crée en fonction de ses désirs de son ressenti puisqu’il partage sa vision avec un récepteur, un observatoire.

Ainsi Esther Ferrer nous livre ne pas s’occuper de savoir si elle était dans le ton de l’époque. Comme elle le dit : « j’ai fait ce que je voulais ».

 

Prochaine conférence/table ronde : le 10 avril 2012.

 

Charlotte Mercier

Commenter cet article