Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Internetgalerie für Modern Kunst, direkt aus unseren Ateliers.

Artemis Irenäus von Baste und Philippe Morin. Hallo und herzlich willkommen bei die Koronen. Gerne stehen wir Ihnen für Fragen zur Verfügung. Die Koronen ist eine Internetgalerie, die sich auf zeitgenössische Kunst spezialisiert hat. Eine Internetgalerie hat zahlreiche Vorteile, die Sie als Kunstliebhaber für sich nutzen können. 

____________________________

Artemis Irenäus von Baste et Philippe Morin. Bonjour et bienvenue chez Les Koronin. Vous pouvez nous poser vos questions !!! Les Koronin est une galerie d'Internet qui s'est spécialisée dans l'art contemporain. Une galerie d'Internet a de nombreux avantages ouverts aux amateurs d’Art  et aux artistes plasticiens. 

Philippe Morin / Artemis Irenäus von Baste
Les Koronin, galerie en ligne art contemporain Paris
Du lundi au vendredi – 9h à 18h, hors jours fériés.

Online Galerie für Modern Kunst – Les Koronin Paris.
Von Montag bis Freitag 9h – 18 h außer an Feiertagen.

Publié par Artémis Irenaüs De Baste

Pour Artémis, notre Suissesse. Apollon.

 

APOLLON

Au cours du VIIe siècle apparait une floraison de « Kouroi » censés représenter « Apollon ». Les archéologues ont longtemps considéré ces kouroi archaïques, statues de jeune homme, comme des représentations d’Apollon. Maintenant ils sont plus considérés comme les effigies idéalisées de défunts.

On a vu et l’on voit deux types de sculptures, celle dues à Phidias avec l’Apollon de Cassel, auquel se rattache l’Apollon « Citharede » que l’on peut admirer au Louvres et les modèles inspirés ou copiés de Praxitèle l’Apollon « Sauroctone » (tueur de lézards).

L’Apollon de Cassel créé par Phidias environ 480 avant Jésus Christ, Phidias « le faiseur de dieux », Apollon apparait dans toute sa majesté souveraine et presque dédaigneuse, brandissant l’arc et le laurier (selon les entailles). Effigie grave et dominatrice, esthétique sévère. Il reflète une autorité religieuse, celle d’un dieu purificateur, porteur d’un  nouvel ordre.

D’un autre côté l’Apollon Sauroctone, créé par Praxitel  au IVe siècle ou apparaissent des sentiments nouveaux de doute et d’angoisse. L’image fière et triomphale de l’Apollon de Cassel laisse la place à la tendre anatomie d’un adolescent hésitant entre le masculin et le féminin. Un sentiment de profonde religiosité anime l’œuvre qui s’inspire dans le célèbre épisode de la légende « Delphique » du tueur de lézards en référence au gigantesque serpent python  qu’il transperça de ses flèches. La lutte originale entre la puissance solaire et l’effrayante créature « chtoniene » (en rapport avec les divinités infernales), se réduit à une scène anecdotique et presque gracieuse. L’immonde bête se trouve métamorphosée en un ridicule lézard que le dieu contemple. Il médite sur son acte, le couteau négligemment tenu dans la main droite (couteau disparu). Souffle de poésie et d’abandon qui anime l’anatomie Praxilienne, flexibilité du corps. Apollon ignore le temps des mortels, isolé dans une profonde méditation.


                                                                     Apollon-sauroctone.jpg

Un peu d’Histoire.

Apollon fils de Zeus et de Létô , frère d’Artémis, né à Délos. Dès sa naissance Apollon affirme son autorité en réclamant sa lyre et son arc recourbé. Il reçoit dès sa naissance nombre d’attributs, parfois apparaissant contradictoires. Il est le dieu toujours beau et toujours jeune, dont la chevelure ne sera jamais coupée et qui lui tombe sur les épaules. Ce sont les instruments indispensables à son pouvoir, communication avec les hommes et symbole de l’action guerrière.

Apollon est le « brillant ». Il est dénommé le « phoibos » mais aussi celui qui apporte la terreur, le  « pur ».

« l’archer Apollon fait trembler les dieux dans la demeure de Zeus, tous se lèvent à son approche lorsqu’il tend son arc » (selon Homère). Apollon, comme Zeus avec la foudre, est le dieu qui frappe loin par ses flèches. Ses flèches apportent aussi bien la maladie que la mort. Elles protègent également les humains en anéantissant sauterelles et rats  et de ce fait protègent les troupeaux et les récoltes. Il lutte à armes égales avec la maladie et la mort. Il sera le père d’Esculape. De ce fait, son effigie se dressera aux portes des cités.

Grand maître des purifications il prescrira aux humains les rites précis qui effaceront  toutes les souillures, même le matricide.

Il est le dieu de la divination, par les voix des prêtresses (par exemple les pythies de Delphes), il communique aux hommes la parole de Zeus… ainsi le monde Grec, mais également « les peuples barbares » viennent l’interroger.

Apollon ne fait pas partie des Dieux principaux, pourtant, les grecs de l’époque préféraient s’adresser à des dieux plus proches d’eux, plus humains, plus accessibles, dont Apollon.

Ses attributs.

.  dieu de la poésie et de l’éloquence (l’art, talent de bien parler, de convaincre, d‘émouvoir par la parole).

. dieu des sciences : le dieu qui sait tout « le nombre des grains de sable et les dimensions de la mer » (Hérodote).

. dieu de l’harmonie universelle, maître de l’harmonie céleste et terrestre : Apollon est le maître du sens du rythme et de l'harmonie. Comme un musicien il est << celui qui fait mouvoir ensemble » (Platon) en bonne harmonie, les corps célestes et cela grâce à sa lyre et ses rayons solaires.

. constructeur de cités et le garant des bonnes législations : << C'est sur les pas de Phoibos qu'on trace l’enceinte des cités ; Phoibos se plait à leur établissement, et sa main en bâtit les fondements. » (Callimaque). ll patronne l'établissement des cités et leur fournit les assises immatérielles d'une constitution harmonieuse. Apollon est le garant des bonnes législations, des cités fondées sur des constitutions bien ajustées.

. dieu de l’arc : il écarte le mal qu’il repousse au loin, mais il peut aussi apporter la mort. Son arc et ses flèches symbolisent le soleil et ses rayons lumineux.

.  Berger, Gardien de troupeaux, le Pasteur : durant son premier exil terrestre, il garde les troupeaux de Laomédon. Durant, son deuxième exil il se met au service du roi de Thessalie Admète et garde ses troupeaux, « au son de sa cithare (lyre) les animaux étaient charmés, ils dansaient et se reproduisaient deux fois plus que les autres troupeaux ».

Son bâton de berger possède des pouvoirs magiques, en particulier celui d'endormir les gens, il l’échangea avec Hermès contre une flute. Un jour Hermès utilisa ce bâton pour séparer deux serpents qui se battaient, les deux reptiles s‘enroulèrent autour de façon symétrique pour former un ensemble connu sous le nom du caducée d'Hermès.»

.  dieu chasseur comme sa sœur jumelle Artémis : on le représente dans cette fonction, comme un jeune homme armé d’un arc et portant une chlamyde légère laissant le flanc nu.



A.
     
Vespré 
(parent d'élève)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article